6ème Salon du livre et de la famille

PACHERIE, Lucie

Lucie Pacherie, titulaire du certificat d'aptitude à la profession d'avocat, spécialisée en droit de la santé et responsabilité médicale, est juriste de la fondation Jérôme Lejeune depuis 2010. Mariette Guerrien est titulaire du diplôme de juriste conseil d'entreprise (DJCE) et du certificat d'aptitude à la profession d'avocat. Elle a rejoint la fondation Jérôme Lejeune en 2016 en qualité de juriste. Elles ont en charge le contentieux et l'expertise bioéthique de la Fondation - reconnue d'utilité publique depuis 1996 -, dédiée à la recherche sur les déficiences intellectuelles d'origine génétique, au soin des personnes atteintes de maladie génétique, et à la défense de la vie.

Les sacrifiés de la recherche

L’embryon humain obsède, fascine, gêne, exaspère. Il est « le » sujet des lois de bioéthique depuis leur origine. Et en 2020, le projet de loi de bioéthique ne fera pas exception.

Dès 1994 avec les premières lois de bioéthique et depuis dix ans engagés dans des contentieux contre des autorisations de recherche sur l’embryon, la Fondation Jérôme Lejeune a réuni une expertise unique que les auteurs, Mariette Guerrien et Lucie Pacherie, toutes deux juristes de cette fondation, présentent dans un livre qui s’avère être un essai incontournable pour décrypter le devenir de l’humanité dans les prochaines années. En effet, l’embryon humain est la forme la plus jeune de l’espèce humaine, et l’avenir qui lui est réservé concerne chacun. Car c’est à l’aune de notre façon de le traiter que se mesure la considération que nous avons collectivement de l’homme.

A quoi nous conduit la recherche sur l’embryon humain organisée depuis 15 ans en France ? A qui profite cette recherche ? Quelles sont les orientations de celle-ci pour les années à venir ? Quels sont les institutions ou juridictions qui ont cautionné cette recherche malgré les alternatives existantes ? Quels sont les résultats de cette recherche ? Quelles est la réalité de la recherche sur les cellules souches non embryonnaires ? Autant de questions auquel ce livre propose une réponse.

Evoquant l’inutilité des travaux qui ont pris pour cible l’embryon humain, Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Lejeune qui a préfacé ce livre, écrit : « L’embryon humain est pour la recherche une prise de guerre qui s’obstine à ne pas parler ».

Ce livre argumenté, documenté est une source d’information irremplaçable pour tous ceux qui cherchent à comprendre les enjeux bioéthiques et anthropologiques d’aujourd’hui.

Thème du livre: Société

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email
Share on print